This Is The Modern World. Pour une Histoire Sociale du Rock

Du 13 au 15 juin 2013, s’est tenu à l’Université de Lille 3 et à l’Aéronef, salle de concert lilloise, un colloque international intitulé “This Is The Modern World. Pour une Histoire Sociale du Rock”/This Is The Modern World. For a Social History of Rock Music”. Il était organisé par Arnaud Baubérot (Paris Est Créteil, CHREC) et Florence Tamagne (Lille 3, IRHIS) qui animent depuis 2011,  un séminaire consacré à l’ “Histoire sociale du rock”, en collaboration avec le CHS (Centre d’Histoire Sociale), de Paris 1 (voir billets spécifiques liés au séminaire). En 2012, une journée avait en outre été organisée à Paris Est Créteil et avait montré l’émergence des problématiques liées aux musiques populaires dans université française, et ce dans différentes disciplines (Musicologie, histoire, sciences politiques, littérature…voir billet afférent).

Le colloque a rassemblé 15 français, 8 britanniques, 6 allemands, 2 américains, 2 chiliens, 1 israélien, 1 canadien, 1 australien, 1 sud-africain, 1 belge, 1 finlandaise, 1 taïwanaise. Tous les statuts (chercheurs, post-doctorants, doctorants, professionnels), et une grande variété de disciplines (histoire, sociologie, musicologie, civilisation britannique et américaine, études littéraires, infocom) étaient représentés.

Le colloque était organisé autour d’une série de thématiques en lien avec l’actualité de la recherche sur les musiques populaires, mais aussi des problématiques fortes en histoire sociale, culturelle, économique et politique. De ce point de vue, il est indéniable que le colloque, de par sa dimension internationale et interdisciplinaire a été l’occasion d’une confrontation fructueuse entre chercheurs, mais a aussi permis de faire un état des lieux de la recherche sur le rock en Europe et dans le monde et a ouvert de nouvelles pistes de recherche pour l’avenir. Vous trouverez ici le programme (http://irhis.hypotheses.org/5212) et les résumés des interventions (http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/274/files/2013/05/Rock-Résumés.pdf).

Panel 1 : Sources et méthodologies : après une introduction historiographique de Florence Tamagne et Arnaud Baubérot, le premier panel a proposé différentes pistes de recherche sur la musique rock, alors que la dispersion et la variété de statut des sources est une difficulté majeure pour le chercheur sur les musiques populaires: recours aux témoignages oraux et aux archives privées (Luc Robène), constitution de bases de données (Jean Elart, Pascal Dupuy), recours aux archives en ligne constituées par des fans et des amateurs (Jez Collins), développement des archives sonores dans les grandes institutions comme la British Library (Andy Linehan).

Panel 2 : Rock et industries culturelles : Alors que l’industrie du disque est actuellement en crise, les interventions de Dave Laing, qui analysait le succès puis la chute d’EMI, et de John Williamson, qui retraçait le combat du syndicat des musiciens britanniques contre l’utilisation du synthétiseur dans les années 1980 ont témoigné de la nécessité d’inclure l’étude de l’industrie de la musique dans le champ de l’histoire économique.

Panel 3 : Rock et identités : Divisée en multiples courants et chapelles, la scène rock favorise l’identification communautaire, comme en témoignent les communications de Chu Meng Tze sur les amateurs de métal extrême et celle de Solveig Serre sur les fans de New Model Army, qui forment la « family ». Pour autant, au-delà de l’identification au groupe, on voit qu’il est possible de distinguer des modes d’identification liés au genre et à la classe sociale (Gildas Lescop, sur les filles dans le mouvement skinhead) ainsi qu’à l’ethnicité (Keivan Djavadzadeh sur le Blackface, Claude Chastagner sur le rock chicano).

Panel 4 : Histoire croisée, histoire comparée : Après une conférence plénière très problématisée de David Looseley sur les différences entre rock français et rock britannique, ainsi que sur le glissement de la musique populaire vers un nouveau « middlebrow » selon des processus de différentiation et de légitimation, plusieurs intervenants analysèrent le rock comme objet d’une histoire globale, mobilisant les ressources de l’histoire croisée et de l’histoire comparée : Bodo Mrozek analysa la mode du twist en Europe dans les années 1960, Motti Regev posa la question de l’écriture possible d’une histoire mondiale de la musique pop-rock, Ifaliantsoa Ramialison analysa le concept de « world music » et Luis Velasco Pufleau la vogue de la chanson humanitaire dans les années 1980.

Panel 5 : Transferts culturels et identités nationales : dans le prolongement du précédent panel, une série d’interventions se donna pour objet d’analyser le poids des transferts culturels dans la constitution de scènes nationales originales. Les cas de l’Espagne (Magali Dumousseau Lesquer), de la Finlande (Tarja Rautiainen-Keskustalo), de la Nouvelle Zélande (Tony Mitchell) et de la Turquie (Holger Lund) furent successivement évoqués.

Panel 6 et 7 : Krautrock, rock allemand/Rock français, Rock francophone : deux panels, l’un consacré au rock allemand (Jeff Hayton, Kaspar Maase), l’autre au rock français (Isabelle Marc, Gérôme Guibert, Cécile Prévost-Thomas, Philippe Gonin) ont permis de faire un état des lieux de la recherche sur deux scènes nationales relativement négligées au regard du monde anglo-saxon. La forte représentation de chercheurs allemands aux côtés des chercheurs français lors du colloque a du reste permis de poser des bases de collaboration pour l’avenir.

Panel 8 : Rock et politique : résistances, instrumentalisation, contre-cultures : ce panel très riche a permis de faire le lien entre musique et engagement politique. Des cas originaux et peu connus ont notamment été traités, ainsi en Amérique latine, le rôle de la musique populaire brésilienne dans la lutte contre la dictature militaire dans les années 1970 (Holly Holmes) ou la marginalisation du rock, vue comme une forme de l’impérialisme américain dans la scène musicale chilienne (Eileen Karmy, Martin Farias) ; en Afrique du Sud, l’utilisation du rock dans la lutte contre l’Apartheid ; en Europe, les liens entre rock et contre-culture (Simon Warner) et entre musique punk et opposition au régime en URSS.

Panel 9 : Interprétations, réinterprétations : avant la conclusion synthétique (et biligue) de Christophe Pirenne, un dernier panel a permis de revenir sur la question de l’historiographie. Olivier Julien a revisité un classique de l’histoire du rock, tandis que Michael Rauhut s’est penché sur les interprétations contradictoires de l’histoire du rock en ex-RDA, après la réunification.

Le colloque a également proposé une série d’animations en liaison avec les interventions scientifiques. Laurent Brassart, vice-président – Chargé de mission « Vie culturelle et médiation scientifique » à Lille 3, Dominique Lefevre, directrice d’Action Culture à Lille 3, Benoît Olla, directeur de l’Aéronef et Alex Mélis, secrétaire général de l’Aéronef, le Kino-Ciné, à Lille 3, ont joué un rôle décisif pour la mise en place de ces différents dispositifs (http://www.aeronef-spectacles.com/).

Projection en avant-première du film de Lucile Chaufour, East Punk Memories : dans ce documentaire exceptionnel, Lucile Chaufour confronte passé et présent. A la fin des années 80, elle filmait une bande de punks à Budapest. Par leurs tenues provocantes, à travers leurs chansons, ils exprimaient leur colère contre le régime communiste et subissaient de plein fouet la répression policière et d’incessantes intimidations. Tous attendaient avec espoir le changement du système. Vingt ans plus tard, la réalisatrice a retrouvé ces anciens punks. Que sont-ils devenus ? Comment ont-ils vécu la chute du Mur de Berlin et le passage à l’économie de marché ? Comment vivent-ils la crise actuelle ? A travers les dissonances, les repositionnements, les contradictions qui apparaissent au fil de leurs témoignages, on comprend comment l’économie de marché a enfermé la population hongroise dans une situation ambivalente. Entre le démantèlement des acquis du socialisme engagé par la gauche libérale et le repli nationaliste d’une droite qui se dit sociale, la démarcation traditionnelle entre droite et gauche a laissé place à une confusion idéologique à laquelle nous devons désormais aussi faire face. http://eastpunkmemories.blogspot.fr/

Exposition photographique de Frédéric Loridant: En collaboration avec Action Culture, et grâce à sa veuve Priscilla Loridant, l’exposition des photos de l’archéologue mais aussi photographe de rock http://www.photorock.com/, Frédéric Loridant a été inaugurée le jeudi 13 juin 2013 à 18h30 à la Galerie « Les 3 Lacs ». L’inauguration a été l’occasion d’un hommage au photographe décédé, en présence de sa veuve, de ses fils, et d’un public nombreux. Il est à noter que le visuel du colloque (affiche, carton d’invitation – voir documents ci-joint-) ont été tirés de cette exposition.

Blind Test : en clôture du colloque, l’Aéronef a organisé un « blind test » autour de titres rock, à l’attention du public et des intervenants.

Concert de Théo Hakola : ce concert exceptionnel de l’artiste d’origine américaine était organisé en collaboration avec l’Aéronef.

Les actes du colloque vont être publiés en 2015, en français, aux Presses du Septentrion. En attendant, la quasi intégralité du colloque a été mise en ligne et est accessible sur le site de Lille 3 (http://live3.univ-lille3.fr/collections/this-is-the-modern-world-pour-une-histoire-sociale-du-rock-for-a-social-history-of-rock-music).

Des comptes rendus du colloque ont par ailleurs déjà été publiés en français (

recension de Gérôme Guibert dans Le temps des médias : https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2013-2-p-203.htm) et en allemand (

recension de Kaspar Maase sur H-Soz-u-Kult :  http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/tagungsberichte/id=4954&count=2&recno=1&sort=datum&order=down&search=this+is+the+modern+world)

 


Florence Tamagne

Florence Tamagne est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Lille 3. Spécialiste de l'histoire du genre et des sexualités, et aussi d'histoire comparée, elle a notamment publié Histoire de l'homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Seuil, 2000 (A History of Homosexuality in Europe: Berlin, London, Paris, 1919-1939, Algora Pub., 2004). Elle prépare actuellement son habilitation à diriger des recherches sur le thème "Rock, jeunesse et politique: France, Angleterre, Allemagne, années 1950-années 1970".

More Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *