Séminaire “Histoire sociale du rock”: Programme 2016

PROGRAMME

30 mars 2016 : Metal studies

Gerôme Guibert (MCF, sociologie, Paris 3) : Qu’est-ce que le « heavy metal » ? Généalogie de l’utilisation d’une terminologie au cours de la décennie 1970-1980.

Simon Théodore (doctorant en histoire, Strasbourg) : Une histoire du viking metal (1970-2014).

 

13 avril 2016 : Rock en Méditerranée (exceptionnellement, séance de 15h à 17h)

Marilisa Merolla (professeure, histoire, “La Sapienza” Università di Roma) : Rock’n’roll, Italian Way. Propagande américaine et modernisation dans l’Italie qui change au rythme du rock and roll.

Panagnostu Anagnostou (docteure en Sciences politiques, chercheuse associée à l’Institut d’histoire culturelle européenne) : Tambourins en nylon et humeurs épuisées, l’histoire du rock en Grèce (1970-1985).

 

4 mai 2016 : Rock alternatif (exceptionnellement, séance de 15h à 17h)

Djemila Zeneidi (chargée de recherches, CNRS/Université Bordeaux Montaigne, UMR Passages) : Punk, cartographie d’une résistance.

Véronique Servat (enseignante d’Histoire-géographie, master 2, histoire, Paris 1) : Les Inrockuptibles : la fabrique d’un titre de presse hybride 1986-1998.

 

18 mai 2016 : Religions et rituels

Sandra Challin (docteure en sociologie, Bibliothèque SHS Descartes, CNRS) : Le rock, phénomène socio-culturel : une religion séculière ? Pour une sociologie des rites et mythes du rock sous l’angle de la sociologie des religions.

Marc Brunet (fondateur de Sephora Music en 1978, premier label français de « rock chrétien ») : Le label Sephora et le « rock chrétien » en France.

 

8 juin 2016 : Contre-cultures

Sheyla Diniz (doctorante en Sociologie, Université de Campinas, Brésil) : L’idée de contre-culture au Brésil et la production musicale des artistes marginaux (1969-1974).

Eric Deshayes (auteur aux Editions Le Mot et le Reste) : L’underground musical en France 1968-1981.

 

15 juin 2016 : Stigmates

Delphine Polvent (étudiante en Master 2, histoire, Lille 3) : Rock’n’Rebel : une histoire de la culture motarde (1950-1970).

Karima Ramdani (Politiste, Centre de Recherche Sociologique et Politique de Paris (CRESPPA), équipe Genre Travail Mobilités, CNRS) : Genre, “race” et néo-orientalisme dans les musiques rap et RnB. La “Beurette” comme figure abjecte.

 

Le 1er avril 2016 une projection du film East Punk Memories de Lucile Chaufour (sortie officielle le 30 mars), est organisée en partenariat avec le séminaire « Histoire sociale du rock » au cinéma La Clef. Projection 20h30 suivie d’un débat à 22h avec Gérard Mauger et Florence Tamagne. D’autres débats sont organisés (même lieu, même horaire), le jeudi 31 mars avec Eric Tandy et Thomas Loué, le dimanche 3 avril avec Joël Bastenaire et Christophe Beaucourt et le lundi 4 avril avec Mathieu Macheret. (www.cinemalaclef.fr)


Florence Tamagne

Florence Tamagne est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Lille 3. Spécialiste de l'histoire du genre et des sexualités, et aussi d'histoire comparée, elle a notamment publié Histoire de l'homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Seuil, 2000 (A History of Homosexuality in Europe: Berlin, London, Paris, 1919-1939, Algora Pub., 2004). Elle prépare actuellement son habilitation à diriger des recherches sur le thème "Rock, jeunesse et politique: France, Angleterre, Allemagne, années 1950-années 1970".

More Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *