Vibrations. Musiques, médias, société – online digitization

Patrick Mignon & Antoine Hennion (dir.), Rock, de l’histoire au mythe

Les Éditions Mélanie Seteun se sont lancées dans le projet de numérisation de la première revue scientifique française d’étude des musiques populaires, Vibrations. Musiques, médias, société. La réédition numérique se fait sous la houlette d’Antoine Hennion et Jedediah Sklower et est hébergée ur le portail Persée.

La revue
Vibrations. Musiques, médias, société (d’abord sous-titrée Revue d’étude des musiques populaires) a été lancée par Antoine Hennion, Jean-Rémy Julien et Jean-Claude Klein en 1985 aux Éditions Privat. Créée dans le fil de la revue Popular Music et de l’IASPM en 1981, la revue publia entre 1985 et 1988 les premières recherches faites en France sur cet objet, dans six numéros :

Collection complétée par l’ouvrage

Si l’exemple venait d’Angleterre, Vibrations a fait des choix propres, qui ont marqué sa vie courte mais intense. Une définition très large de son objet : chanson, tango, “musiques trad”, rock, mais aussi variétés, musiques de film, pop, etc. Une grande ouverture des modes d’analyse (sociologie, histoire, musicologie, ethnologie, etc.) : l’interdisciplinarité n’y était pas une fusion disciplinaire autour d’un objet privilégié (c’est ainsi que les rock studies ont pour leur part pu saisir ses aspects technologique et culturel), mais un désir de transformer les unes par les autres les musiques populaires et les disciplines, et en définitive de pouvoir ainsi parler autrement de toutes les musiques. Enfin, Vibrations a été un vrai collectif, divers, vivant. D’où une grande variété de styles, allant de l’article scientifique aux interviews ou aux critiques, et surtout la vigueur d’un engagement qui fait encore son intérêt aujourd’hui.

La numérisation

5La mise en ligne a commencé en avril 2016, avec le n° 1 et Rock : de l’histoire au mythe, suivie des deux premiers numéros en juin, puis des numéros 3 et 4 en octobre (cf. liens ci-dessus). Les deux derniers le seront à la fin de l’année 2016. Aucune modification n’est apportée au contenu de la revue – seules quelques métadonnées sont rajoutées (lorsqu’il manque un titre à un diagramme, par exemple), qui n’altèrent en rien les pdf visibles en ligne. Ces métadonnées rendent la navigation sur Persée plus simple (table des matières, liste des illustrations, navigation entre les différentes revues…).

Vibrations, no 4 : « Les musiques de films »

Nous avons réussi à trouver les coordonnées de plus de la moitié des auteurs. Un tiers d’entre eux (115) nous ont répondu, et tous soutiennent le projet, ce qui porte les droits cédés à plus près de 60 % de l’ensemble des textes de la collection. Pour les auteurs ou ayants droit n’ayant pas encore été contactés (faute d’informations), la procédure adoptée par Persée sera celle de l’opt-out : toute personne voulant faire retirer les textes du portail pourra l’exiger, sur simple demande. C’était l’unique façon de faire avancer le projet, avant d’avoir l’accord de l’ensemble contributeurs et de leurs proches. De fait, le soutien sans faille que les premiers auteurs (tous textes confondus : articles, notes de recherches, recensions…) contactés ont démontré nous invite à procéder ainsi. Nous demandons donc à tous les auteurs ou ayants droit que nous n’avons pas pu contacter à se mettre en relation avec Jedediah Sklower pour discuter du projet, de ses modalités et d’éventuelles réticences.


Sklower Jedediah

PhD candidate (universities of Paris-3 and Paris-1) : popular music and politics in 1960s France. Publications: Politiques des musiques populaires au XXIe siècle (ed., w/ Elsa Grassy, 2016, Mélanie Seteun) ; Countercultures and Popular Music (ed. w/ Sheila Whiteley, Ashgate, 2014), "Écoutes, Discours, pratiques, médiations" (ed., Volume ! n° 10-1, 2013), Free jazz, la catastrophe féconde (L'Harmattan, 2008). CV: https://mcpn-recherche.org/sklower-jedediah/

More Posts - Website

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *