« Une réincarnation de Monsieur Serge » : la mondialisation de Gainsbourg par la culture club (Entretien avec Minimatic)

Pascale Houpert a.ka. Minimatic.

L’artiste Pascal Houpert est musicien, DJ, producteur et arrangeur dans les genres du New Jazz, Minimal et Electro Swing. Né à Paris, il habite actuellement à Cognac. Houpert est connu sous les pseudonymes de Minimatic, Boogalox, Brother Moulinex et Monsieur Sonotone. Pour ses productions il utilise des enregistrements historiques qu’il transforme en club tunes. Ses disques sont connus sur les pistes de danse dans le monde entier. Pour les blogs « Du franco-allemand à l’âge global » et « PopHistory » nous avons parlé avec lui des origines de son remix d’un morceau classique des années soixante, « Chez les Yé-Yé » de Serge Gainsbourg. 

Monsieur Minimatic, vous êtes bien connu pour vos transformations des morceaux de l’histoire de la culture pop. Pourquoi avez-vous remixé la chanson de Serge Gainsbourg « Chez les Yé-Yé » écrite et enregistrée en 1964 ?[1]

Je connais ce morceau depuis mon adolescence. Au départ je suis musicien, je joue de la batterie et du piano, puis j’ai commencé à mixer vers l’âge de 25 ans, tous types de sons. Et souvent en soirée, je me disais que ce morceau était fabuleux mais que c’était toujours très compliqué de réussir à faire danser les gens dessus : l’instrumentation jazz n’attirait pas assez les gens sur la piste de danse. Et pourtant ce morceau est incroyablement hypnotique : le texte cynique, la musique cyclique, comme une boucle, un sample, très moderne… tout en faisant un titre avec un potentiel énorme pour rendre les gens fous sur le dancefloor.

Et avec un texte qui est un commentaire ironique sur la scène des « yé-yé », un mot, adopté également par le sociologue Edgar Morin en France et de l’intellectuelle Susan Sontag aux États-Unis dans les débats sur la jeunesse et la culture pop des années soixante.  

Oui, et puis par-dessus tout, le côté dédaigneux de Gainsbourg, ces paroles contre les yé-yé, un monde qu’il connaissait bien puisqu’il y avait fait une rapide incursion, donne une saveur particulière à ce morceau, tout en paradoxe : faire danser les gens en se moquant de ce pour quoi ils dansent ! Je dois ajouter que le génie sonore de ce morceau tient énormément au toucher fabuleux d’Elek Bacsik (et Michel Gaudry également). Par ailleurs, il était impossible que je me contente de rajouter un simple « kick » dessus, et d’en faire un énième remix « house » : le genre de choses trop évidentes qui ne m’inspirent pas du tout.

Quel est votre relation avec Serge Gainsbourg ?

J’aime la musique de Gainsbourg depuis toujours. Pour moi, il incarne l’essence d’une certaine créativité française : la classe, l’élégance ; mais aussi une certaine posture : le côté poseur, presque situationniste. Surtout, il a réussi à mêler comme personne le texte à la musique, en empruntant des voies variées, en empruntant/volant à gauche à droite des idées de génie, et en synthétisant le tout avec une sorte de dandysme faussement nonchalant. Il a toujours su s’entourer de ceux qui pousseraient sa créativité dans la bonne direction, que ce soient les musiciens ou les arrangeurs. 

A quelle époque avez-vous commencé à vous intéresser sérieusement à Gainsbourg ?

Déjà au collège j’étais fan de ces albums, mais c’est au lycée à Paris, que cela a pris un tour encore plus étonnant. Il se trouve que mon meilleur ami à partir de la classe de Seconde connaissait personnellement Gainsbourg : ils habitaient le même quartier, et il était même déjà entré chez lui ! Et cet ami écrivait de la poésie, avait à peu près la même écriture illisible que Gainsbourg, et encore plus incroyable, ressemblait physiquement un peu à Gainsbourg jeune… En clair, j’avais comme meilleur ami, quelqu’un qui était une sorte de réincarnation de Monsieur Serge… Pour ma part, trop timide, je ne l’ai jamais rencontré, mais j’ai vécu « par procuration » une certaine proximité.

La transformation – ou peu-on dire : la modernisation – de l’original sur votre disque est très réussie. Comment avez-vous produit ce morceau en particulier ?

Donc j’ai essayé de réinventer une « folie » sonore, composée d’éléments disparates, brésiliens, sons, cris, avec une rythmique puissante mais organique. Comme si, en fait, en plus des 2 musiciens de base avec contrebasse et guitare, le reste d’un orchestre disparate était venu en session en studio réarranger le morceau. Et comme je reste musicien avant tout, j’aime jouer de pleins de toutes petites lignes instrumentales, qu’on entend parfois à peine, qui viennent se rajouter : orgue, guitares, percussions… 

Pascal Houpert a.k.a. Minimatic.

Mais le morceau reste toujours le même. Vous n’avez pas tout changé.

J’ai essayé de respecter le plus possible l’énergie de base du morceau, de ne pas le dénaturer, de garder ce côté organique avec un peu d’électronique dedans qui constitue le leitmotiv de mes créations sous mon pseudo Minimatic !

Qu’est-ce qui vous motive dans votre travail comme Minimatic ?

Au départ, ma volonté était surtout d’en faire une version pour moi-même, en tant que DJ, que je puisse jouer en soirée. Il est important de préciser que ce rework ou remix n’est pas officiel, je l’ai fait « dans mon coin », sans demander l’autorisation de la maison de disques, mais en jouant le jeu de ne jamais le sortir non plus sur les plateformes officielles de streaming, puisque c’était un « pirate ». Au départ, ce morceau n’a existé que sur un petit nombre de 45 tours vinyle, avec une diffusion de quelques centaines d’exemplaires seulement. Par la suite, il s’est passé une chose amusante, que je raconterai en réponse à une question suivante, si vous voulez.

Volontiers ! Mais pour revenir au début, comment avez-vous fait le remix techniquement et avec quelles méthodes musicales ?

Pour le remix, j’ai travaillé à partir du morceau entier, une version stéréo du disque « Confidentiel », et j’ai dû découper les sons originaux à la mesure près, afin de pouvoir isoler les parties instrumentales des parties chantées. Puisque c’était un remix non officiel, je n’ai jamais eu accès aux pistes séparées évidemment, donc c’est en travaillant chirurgicalement que j’ai réussi à obtenir le résultat voulu. Mon remix final contient plus d’une trentaine de pistes, loin des trois pistes originales. On y trouve beaucoup d’instruments organiques ajoutés, quelques éléments électroniques insérés dans la rythmique. Le mixage final a été réalisé dans mon home-studio, dans une optique DIY, sans gros moyen comme sur la plupart de mes titres : que du fait-maison.

Quelles réactions avez-vous reçu sur votre remix ?

Au départ comme je disais, j’ai surtout fait ce titre pour mon propre usage ! Et puis je l’ai un peu fait écouter, à droite à gauche, et je me suis rendu compte qu’il marchait super bien, notamment sur mes amis à l’étranger, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni. Petite parenthèse : le public français a toujours un problème avec les morceaux « uptempo », même les radios plus ouvertes n’ont pas d’affinité pour les rythmiques de ce style. 

Mais finalement votre remix est devenu un succès sur les pistes de danse à travers le monde.   

Un succès confidentiel, mais, oui, on peut dire un petit succès. Plus tard, la version « Boogalox » du titre s’est retrouvée sur beaucoup de compilations partout dans le monde. Paradoxalement (mais comme souvent pour Minimatic), 90 % du public qui a écouté ce titre se situe hors de France …

On peut dire que vous êtes une sorte de « mondialisateur » de la musique française. Pour finir notre entretien,  pouvez-vous nous raconter cette anecdote amusante sur la production du remix ?

Lorsque j’ai fini la version remix par Minimatic, le label ChinChin Records m’a contacté. Ils adoraient le morceau et voulaient le produire,mais c’était un label allemand, donc respectueux des droits et autorisations. , et il fallait à tout prix que les choses soient carrées : donc impossible de sortir le remix sous cette forme-là. Et c’est là où j’ai eu une idée amusante : faire rejouer les deux parties principales, contrebasse/guitare, par des musiciens. Et pour le chant, il se trouve que mon frère avait fait partie d’un groupe de chanson française, dont le chanteur Stéphane T. était souvent comparé pour ses intonations de voix à …Gainsbourg jeune ! C’est donc ainsi que j’ai re-produit intégralement le titre, qui n’était plus du coup un « remix » mais une « cover » – ce qui change tout au niveau du statut légal.[2] Je n’ai pas utilisé mon pseudo « Minimatic » pour le coup : j’ai inventé un autre pseudo, « Boogalox » que je n’ai d’ailleurs utilisé que pour ce morceau ! Le plus amusant, c’est que que sur cette version « Boogalox – Chez les yéyé » pas mal de gens ne font pas la différence et pensent que la voix est celle de Gainsbourg, alors que pas du tout !

C’est en effet difficile d’entendre la différence entre les instruments et entre les voix de Gainsbourg et de Stéphane T. sur votre disque. Merci pour la clarification, vraiment amusante – et merci pour l’entretien.

***

L’entretien a été réalisé par Bodo Mrozek.

Pour en savoir plus sur Serge Gainsbourg, Minimatic et la mondialisation de la musique française par la culture club, cliquez ici

[1] Serge Gainsbourg : « Chez Les Yé-Yé´ » ; « Le Temps Des Yoyos » / « Elaeudanla Teïteïa » ; « Scenic Railway », France (mai) 1964: Philips 434.888 BE (7″, 45 RPM, Mono).

[2] Various: ChinChin Presents: Boogalox: Boogalox : « Chez Les Ye-Ye » ; Samp Brothers : « Jazz Di Mezzaluna (Club Shot) »/ Brenda Boykin : « Hard Swing Travellin’ Man (Smoove Remix) » ; Club Des Belugas : « Hip Hip Chin Chin (2009 Edit) », Allemagne (janvier) 2009: ChinChin Records ac 2045 (12″, EP, 45 RPM).



Cite this blog post
Bodo Mrozek (2023, July 6). « Une réincarnation de Monsieur Serge » : la mondialisation de Gainsbourg par la culture club (Entretien avec Minimatic). PopHistory. Retrieved June 19, 2024, from https://doi.org/10.58079/sz7w

Bodo Mrozek

I am a historian, working on cultural and contemporary history. In my recent book Jugend - Pop - Kultur. Eine transnationale Geschichte (Histoire de la pop. Quand la culture jeune dépasse les frontières), I analyze both the criminalization and the establishment of an international youth and pop culture during the second half of the 20th century. Currently, I am a researcher at the Berlin Center for Cold War Studies of the Institute for Contemporary History Munich-Berlin.

More Posts - Website

One thought on “« Une réincarnation de Monsieur Serge » : la mondialisation de Gainsbourg par la culture club (Entretien avec Minimatic)

  1. Pingback: Fais un flash-back au temps passé: Serge Gainsbourg chez les yé-yé – Du franco-allemand à l’âge global

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.